L’argent n’est pas le problème, c’est vous !

Cet article tiré de la transcription de la vidéo : « L’argent n’est pas le problème c’est vous ! », Conférence Salon Zen Octobre 2017

L’argent n’est pas le problème, c’est vous !

Bonjour à tout le monde, merci beaucoup pour votre présence. Je suis Alexandra Pérol et je cède la parole à ma collègue. Kalinka Poulin Jacob merci d’être là aussi et de choisir la conscience avec l’argent parce que c’est ce dont on va parler. Merci de faire la démarche, de regarder ce qui est possible avec la conscience et l’argent. Et c’est ce qu’on va explorer pendant les 50 minutes que nous allons passer ensemble.

Mais avant de parler de l’argent, on voudrait aussi préciser que nous sommes ce qu’on appelle des facilitatrices. Ça vient du terme anglais, anglophone, « faciliter » d’une approche qui s’appelle Access Consciousness.

Access Consciousness

Très rapidement, Access Consciousness ça vient des Etat-Unis et c’est un ensemble d’outils très concrets et très pratiques, pour changer l’énergie des situations dans notre quotidien notamment avec quelque chose qui s’appelle l’art de poser la question ou l’art des questions.

J’en dis un tout petit peu plus sur ce qu’est l’art de poser la question : nous avons été éduqués pour la grande partie d’entre nous dans un environnement où non seulement, quand on nous pose des questions ce qu’on nous demande c’est de trouver seulement une réponse mais de préférence la bonne réponse.

Avec Access Consciousness, l’art de poser la question c’est de faire remonter ce que l’on recherche; en fait, ce n’est pas une réponse intellectuelle mais une réponse cognitive, c’est une réponse de prise de conscience, une réponse de prise de conscience énégertique aussi : ouvrir des nouvelles possibilités pour sortir de tout ce qui est jugement, décision, conclusion qui est plutôt une limitation.

Donc on s’en fiche de la réponse cognitive, intellectuelle. En tout cas ce n’est pas du tout ce qu’on recherche quand on pose une question. C’est ce qu’on va aussi explorer comme outil avec l’argent.

Je vais commencer par poser les premières questions, si vous pouviez avoir ce que vous vouliez, vraiment ce que vous vouliez à l’issu de cette session aujourd’hui concernant l’argent, qu’est-ce que ce serait ? Qu’est-ce qui vous a amené aujourd’hui à vous dire et si l’argent n’était pas un problème ? Donc qu’est-ce que vous cherchez comme liberté ou comme limitation à abandonner par rapport à l’argent ? Est-ce que vous pouvez vous tourner vers une personne que vous ne connaissez pas et en deux secondes lui raconter qu’est-ce que vous cherchez aujourd’hui avec l’argent, qu’est-ce que vous cherchez ?

Regardez ma vidéo « L’argent n’est pas le problème c’est vous ! », Conférence Salon Zen Octobre 2017, ou bien continuez à lire…

Qu’est-ce que vous attendez avec la question de l’argent ?

Je synthétise les trois : s’autoriser à pouvoir acheter sans peur de dépenser trop, pouvoir quitter la peur de manquer quand on veut faire des projets, pouvoir s’autoriser à faire des choses sans avoir peur de manquer d’argent et enfin changer sa relation à l’argent et au don quand on éprouve des limitations dans la vie, comme trouver un appartement alors que par ailleurs on est dans le social et qu’on aide les autres.

Alors est-ce qu’il y a des gens qui se reconnaissent là dedans ? Est-ce que ça vous parle, est-ce que ça résonne ?

Est-ce qu’il y a des gens qui ont des choses qui n’ont rien à avoir avec ça ou d’autres choses complètement différentes ?

Oui, je n’aime pas trop l’argent dans la mesure où je me donne, je donne des choses, je fais des choses du travail gratuitement. Je ne prends pas d’argent pour ce que je fais; pourtant je suis psychologue et je peux quand même bien gagner ma vie. Ce rapport à l’argent n’est pas un soucis. Donc c’était quelque chose pour me réconforter parce que tout le monde parle de l’argent, de gagner de l’argent, et c’est pourquoi je m’inscris différemment.

Comme psychologue, je voulais comprendre cette chose, le rapport à l’argent.

L’argent c’est quelque chose de fondamental sur notre planète, on est bien clair. Dans toutes les cultures, dans toutes les pays je pense que ce que vous disiez résonne très bien avec tout le monde. On a tous des peurs par rapport à l’argent, d’en avoir, d’en manquer, de ne pas pouvoir en dépenser, de ne pas avoir droit d’en dépenser, de comment l’avoir, comment le récupérer ou d’être incapable de le créer.

Alors Access Consciousness qui veut dire en fait accès à la conscience, son approche c’est de dire on est des êtres infinis avec des choix infinis, des possibilités infinies. Et ce qui nous limite c’est quelque chose qu’on a mis en place nous-même, qui fait partie des schémas limitants et du conditionnement de ton bien, que ce soit notre famille ou des gens qui sont venus avant, des ancêtres, de notre société, de beaucoup de choses qui nous font croire qu’on ne peut pas être tout ce qu’on… dans notre coeur on sait qu’on peut être mais qu’on n’arrive pas à réaliser au quotidien.

On va partager avec vous des histoires très concrètes, je crois que c’est la meilleure façon de comprendre, comment nous, en utilisant les outils Access Consciousness, on a évolué quelque chose dans notre rapport à l’argent, dans nos limitations par rapport à l’argent et qu’est-ce que ça a changé dans notre vie. C’est en vous racontant concrètement que vous allez pouvoir comprendre un peu mieux de quoi en parle sinon on parle un petit peu dans les concepts et c’est moins intéressant.

L’art de poser la question

Je voulais partager une chose, on a dit chez Access Consciousness un des outils principaux c’est l’art de poser la question. Il y a une question que j’ai beaucoup entendue chez Access, ça fait trois ans, initialement j’étais thérapeute psychocorporelle et depuis trois ans j’utilise de plus en plus les outils de Access Consciousness à la fois dans l’accompagnement des personnes qui viennent me voir et pour moi-même.

Point de vue intéressant que j’ai ce point de vue intéressant

J’ai fait beaucoup de classes autour de l’argent, pour moi-même pouvoir débloquer mes limitations. Et il y a une question que j’ai énormément entendue chez Access Consciousness avec laquelle j’ai vraiment mis du temps à percevoir la puissance je vais dire ou plutôt où est-ce qu’elle pouvait me libérer. Et c’est cette question c’est, elle est très simple : Si l’argent n’était pas le problème, qu’est-ce que tu créerais ? Et à chaque fois que j’entendais cette question je me disais : bon ok mais l’argent c’est un problème parce que je ne gagne pas, je ne crée pas le niveau de revenu que je souhaite créer, je suis dans une logique qui ne me convient pas… donc je me sortais tout un tas d’argument. Et sur un plan personnel, je suis depuis plusieurs années très intéressée par tout ce qu’on appelle le circuit alternatif d’économie solidaire, d’économie circulaire, des monnaies alternatives, etc. En fait au bout d’un moment cette question : Si l’argent n’était pas le problème qu’est-ce que tu créerais ?, j’ai commencé à percevoir qu’au lieu de me focaliser sur l’argent que je considérais comme étant une limitation et c’est donc mon choix de continuer à regarder l’argent comme étant une limitation pour ma création, c’était ça que je mettais en premier au lieu de commencer à regarder cette deuxième partie de la phrase : qu’est-ce que je veux créer ? Et quand j’ai commencé à me poser cette question : qu’est-ce que je veux créer ? Ça m’a aussi emmené à aller regarder et à me connecter aux limitations que j’avais par rapport au fait de créer et notamment le fait d’être visible, le fait que si je veux créer quelque chose, dans ma tête j’avais aussi tout un tas d’idées préconçues, il faut absolument que ça contribue au manque, que ce soit quelque chose de grand. Et du coup je me mettais une bonne couche de limitations sur celle que j’avais déjà. J’avais l’impression d’être toujours en train de débattre dans quelque chose, dans une sorte de cercle vicieux où il n’y avait pas de sortie que je pouvais trouver. J’ai commencé à lâcher ça petit à petit. Je ne peux pas vous dire qu’un jour je me suis réveillée et, boom ,j’ai eu une illumination. C’est vraiment quelque chose qui s’est fait progressivement parce que je me suis posée les questions, parce que j’ai regardé les points de vue limitants que j’avais, certains dont je n’avais pas conscience, certains dont j’avais conscience et j’ai utilisé aussi un autre outil de Access Consciousness qui est très simple mais incroyable, c’est un outil qui s’appelle « point de vue intéressant que j’ai ce point de vue intéressant« . Donc à chaque fois que vous avez un jugement qui vous traverse quelque soit la thématique dont on parle mais là on parle de la thématique de l’argent, un jugement qui vous traverse, un jugement que vous recevez, vous pouvez utiliser cet outil très simple mais franchement je le répète, ultra puissant quand on l’utilise et qu’on s’engage à l’utiliser pour soi-même : point de vue intéressant que j’ai ce point de vue intéressant. Quand on dit point de vue intéressant, ça permet de prendre une distanciation par rapport à ce qu’on est en train de se dire sur soi-même ou sur l’argent ou ce que l’on croit que l’on devrait faire parce que dans la société bla bla bla, la majeure partie des gens croient que c’est comme ça qu’on devrait faire. A force d’utiliser ça, j’ai pu avoir plus de paix et plus de tranquillité et aller vraiment regarder cette question : qu’est-ce que j’ai envie de créer sans que ce soit forcément, sans que je me dise ok je vais partir de là où je suis, qu’est-ce que j’ai envie de créer et de commencer à mon niveau ? Ça m’a vraiment ouvert un espace de plus de paix et plus de tranquillité, voilà petit à petit.

Dans Access, on dit « ce n’est pas la réalité qui crée un point de vue, c’est votre point de vue qui crée votre réalité ». On inverse les choses.

Si on regarde l’argent, on en a un paquet de points de vue par rapport à l’argent, le point de vue intéressant que j’ai ce point de vue intéressant c’est : on s’arrête, on se dit tiens, je viens d’avoir une pensée sur … mais bon oui, je n’ai pas d’argent donc on stop. C’est un point de vue intéressant que j’ai ce point de vue intéressant. Si effectivement mon point de vue crée ma réalité, si j’ai décidé que j’en manque de l’argent et que je pars de ce point de vue là pour faire tout ce que je vais dans la vie, c’est un point de vue intéressant, qu’est-ce que ça va créer pour moi ? On prend du recul.

Je vais vous donner un autre exemple d’un point de vue intéressant que moi j’avais et qui était bien limitant. Moi je suis née d’une famille assez pauvre avec des parents supers mais qui n’avaient pas beaucoup d’argent. Et comme beaucoup de gens dans une branche de la famille, il y en avait qui avait plein d’argent. Et un jour, quand j’avais 12 ans je crois, je suis allée célébrer l’anniversaire d’une tante, et je me suis retrouvée dans un appartement d’un luxe que je ne savais même pas exister, et je me suis dit « ah, ah bon on peut vivre comme ça, on peut vivre dans ce luxe incroyable ? ». C’était grand, c’était beau, c’était à Cannes, c’était un jardin magnifique, une piscine. Enfin pour moi c’était magique. Et en rentrant, avec mes parents en voiture, puisqu’on était allé spécialement pour l’évènement, c’était une grande tante qui allait mourir, on avait fait une réunion une fois, j’ai dit « mais pourquoi on ne vit pas comme ça nous ? ». Et mes parents ont réagi et ont dit « mais tu crois quoi que ça pousse sur les arbres l’argent ? Mais non on ne peut pas faire ça, c’est n’importe quoi ! Tu rêves ma fille. » Et là j’ai décidé que je rêvais, effectivement, que je n’avais pas accès à ça et j’ai décidé tout un tas de trucs ce jour là, inconsciemment mais que j’ai trainé un certain temps. Et puis au fur et à mesure que je me développais, que je grandissais, etc., j’ai voulu faire des choix par rapport à ce que je gagnais, ce qui était possible parce que je voyais d’autres possibilités que celles que mes parents m’ont offert mais je me heurtais toujours à un mur. C’est comme si j’avais mes poils, passés. Alors j’ai fait de développements personnels et j’ai commencé à passer les étages et j’ai commencé à créer mes sociétés, j’ai commencé à faire des tas de choses mais il y avait toujours quelque chose qui m’empêchait de réaliser ce que je voulais vraiment. Et je savais que j’en étais capable mais je n’y arrivais pas.

Et puis, un jour, j’ai eu une solution intéressante qui m’est apparue, j’étais à Bordeaux pour la première fois, puisqu’on est allé en vacances là bas. Je marchais dans la rue de Bordeaux. Et Bordeaux je ne sais pas si vous connaissez mais c’est une ville très cossue, très riche parce que c’est une ville qui existe depuis très longtemps, qui a fait du commerce de vin avec l’Angleterre depuis très longtemps et c’est sur elle que Paris a été construite. Il y a des vieux immeubles bien cossus, il y a des grandes familles avec beaucoup d’argent depuis très longtemps, et l’énergie de ça est très présent encore. Donc je marchais dans la rue de Bordeaux et j’entendais au niveau énergétique et tout ça et je me disais « ça c’est les familles avec de l’argent ». Et je me suis dit « mais attend, qu’est-ce que je suis en train de dire moi ? Ça c’est les familles avec de l’argent, ça implique que moi je n’en fais déjà pas partie. Je m’exclus et j’assume que ces familles là savent quelque chose que je ne sais pas. J’ai déjà décidé que ces gens là, ils sont là mais moi je suis là, on n’est pas pareil, donc je ne peux pas accéder à ce qu’ils ont ». Et je prends conscience en fait que depuis cet âge-là, où mes parents m’avaient dit « mais tu rêves ma fille« , je m’étais mis dans la peau de : eux c’est eux, moi c’est moi. Je n’y arriverai jamais à ça. Donc forcément dès que j’essayais de créer quelque chose qui allait déboucher sur quelque chose je me sabotais puisque j’avais décidé que ce n’était pas possible.

La deuxième réalisation qui est venue après ça c’était donc j’ai décidé quelque part qu’il y a des gens qui savent quelque chose que je ne sais pas. Et en fait je le fais dans pleins de niveaux et plus je m’interrogeais et c’était comme si, comme le disait Alexandra, de faire ça tous les jours, de poser les questions et d’être vraiment ouvert à toutes les possibilités, d’être ouvert à autre chose. Je me dis « mais attend, où est-ce que je fais ça encore ? ». Et j’ai réalisé en tant que femme, j’avais décidé que les hommes savaient plus que moi, ils étaient plus capables que moi, je ne pouvais pas les dépasser, c’est comme ça.

Donc j’ai réalisé qu’au niveau financier aussi je m’étais limitée à ce que mon mari était capable de générer financièrement. Chaque fois que je m’approchais de le dépasser, je faisais quelque chose pour que je ne puisse pas parce que ça ne rentrait pas dans les cases que j’ai décidées.

Et si on part du point de vue qu’effectivement on est des êtres infinis, avec des choix infinis et des possibilités infinies, les points de vue qu’on prend vont être créateurs. On va créer exactement ce qu’on a décidé qui est.

Alors nous on aimerait bien vous amener à vous interroger parce que dès que j’ai enlevé ces points de vue là, j’ai commencé à créer et à faire des business qui marchaient à tout autre niveau parce qu’enfin je m’étais enlevée ma propre limitation que j’avais décidée. Est-ce que ça fait sens ?

Donc Access Consciousness vous invite à vous poser ce genre de question et il y a plusieurs approches qu’on peut faire en utilisant des procédés comme « point de vue intéressant que j’ai ce point de vue intéressant » et regarder quelque chose qui est votre croyance la plus profonde sur l’argent et de dire point de vue intéressant que j’ai ce point de vue intéressant.

Point de vue intéressant que j’ai ce point de vue intéressant jusqu’à ce que la charge qui est dans cette croyance commence à se détendre et commence à s’ouvrir une autre possibilité et qu’on s’offre la possibilité de vivre non pas à partir de cette croyance limitante qu’on a mis en place et qu’on a décidé que c’est comme ça et que ce n’est pas autrement, qu’on commence à ouvrir les yeux sur une autre possibilité.

On peut se faire en se posant la question. Il y a des tas d’outils formidables et il y a un livre qui sort d’ailleurs bientôt sur l’argent et si l’argent n’était pas le problème, est-ce que c’est vous ? C’est soi le problème en fait, ce n’est jamais l’argent le problème. L’argent c’est juste une énergie comme le reste. On l’a rendu très signifiant cette énergie sur la planète terre, c’est notre dieu. C’est le dieu général de tout le monde, c’est important, on le regarde comme ça, on s’en soumet soit on le déteste, on a tout un ensemble de points de vue, de décisions, de choses qu’on a mis en place par rapport à ça et qui dicte en fait l’expérience qu’on en fait.

Donc je vous invite à prendre de nouveau quelques minutes avec la personne avec qui vous avez discuté au début et de dire tiens alors quel est le point de vue le plus limitant, la chose que je suis plus sûre par rapport à l’argent que j’aimerais bien explorer ? Prenez deux minutes pour chacun, explorez ça. De vous dire quel est le point le plus limitant que j’ai par rapport à l’argent, que si je le lâchais, est-ce que ça bougerait ? Est-ce que c’est l’argent c’est difficile d’en avoir, est-ce que c’est il y en a qui en ont et moi je n’ai pas. Qu’est-ce que c’est votre hic avec l’argent ?

Une limitation ça peut aussi être quelque chose que vous pensez qui est positif sur l’argent et parfois le positif on le considère que comme c’est positif on n’envisage pas d’aller au delà. Donc vous pouvez aussi regarder qu’est-ce que vous considérez de positif et de vous poser la question : est-ce que cette idée positive que j’ai sur l’argent est créateur ou c’est aussi une limitation ?

Regardez ça quelques instants, explorez avec votre partenaire.

Alors est-ce qu’il y a des choses que vous avez découvert ? Est-ce qu’il y a des choses qui sont devenues beaucoup plus claires pour vous juste par cette petite exercice ? Des choses que certains veulent partager ?

Oui, ce n’est pas forcément moi mais effectivement Alexandra le disait ce n’est pas forcément quelque chose de négatif mais aussi quelque chose de positif qui peut être limitant, et le fait qu’avec ma partenaire qui dit que le fait d’avoir plein, dans la famille il y a qui en ont plein et d’autres pas du tout et on a bien séparé les deux. Moi j’ai toujours eu pas mal d’argent mais là j’arrive à un moment donné où je me dit oui par rapport à ceux qui en ont pas, tout va bien, je n’ai pas le droit.

C’est aussi limitant d’en avoir plein et de ne pas s’autoriser que de ne pas avoir et de ne pas s’autoriser à en avoir. Tout ça en fait ce ne sont que des créations. C’est ça qui est formidable c’est que ce ne sont que des créations, ce n’est pas vrai, ce n’est pas absolu parce que si c’était vrai, tous les gens qui n’ont pas accès à l’argent n’en auraient jamais. Et on a des tas et des tas d’histoires de gens qui sont partis de rien et qui sont… Ce n’est pas réel en fait, ce n’est qu’un point de vue. Et c’est un point de vue qui va créer votre réalité.

Donc, est ce que vous voulez garder ce point de vue, est-ce que vous voulez le lâcher ?

On vous a introduit à cet petit exercice point de vue intéressant que j’ai ce point de vue intéressant, vous pouvez continuer à le faire sur tous les points de vue que vous avez sur l’argent et prenez le temps de le faire. Ce n’est pas quelque chose qui va bouger comme ça. Ça peut aussi bouger comme ça et on va vous faire faire un autre exercice qui peut vous faire découvrir aussi une autre façon de vous ouvrir par rapport à ces points de vue.

Baisser les barrières

Alors parmi les nombreux outils de Access Consciousness, il y en a qui s’appelle tout simplement baisser ses barrières. Et il n’y a rien d’autre à faire. Je vous invite juste à fermer vos yeux si vous n’avez pas du tout envie de fermer les yeux c’est ok ne fermez pas les yeux et à dire dans votre tête je baisse mes barrières, je baisse mes barrières jusqu’à ce que vous sentiez qu’il y a quelque chose qui bouge un peu énergétiquement, ça va être très léger, qui bouge énergétiquement, je baisse mes barrières, je baisse mes barrières, je baisse mes barrières, et une fois que vous sentez que vous avez baissé les barrières autant que c’est possible là aujourd’hui, dans le moment présent, je vous invite à justement inviter l’énergie de l’argent quelque soit la force sur laquelle ça va vous apparaître et l’inviter vers vous et vous la laissez juste vous traverser, vous ne la gardez pas à l’intérieur de vous. Vous la laissez venir et vous la laissez traverser et juste vous observez, est-ce que c’est possible de la laisser venir, est-ce que c’est possible de la laisser vous traverser ? Est-ce que vous avez un mouvement, est-ce que votre corps a un mouvement de contraction, où est-ce que votre corps pétille, juste observer qu’est-ce qui se passe quand vous baissez vos barrières et que vous laissez l’énergie, ce qui pour vous va symboliser l’énergie de l’argent et que vous le laissez venir vers vous, vous l’invitez. Et vous observez aussi cette invitation, est-ce que c’est une invitation tranquille, est-ce que c’est une invitation avec de la tension, avec la peur de si elle me traverse, elle ne va pas rester. Observez tout simplement ce qui se passe et faites de votre mieux pour accueillir avec le minimum de jugements possible.

On va rester encore quelques secondes comme ça, vous invitez l’énergie de l’argent et vous la laissez vous traverser. Et quand vous êtes prêts, vous pouvez réouvrir les yeux pour ceux qui ont fermé les yeux. Ceux et celles qui ont fermé les yeux. Est-ce qu’il y a une personne ou plusieurs personnes qui aimeraient juste dire, qui ont quelque chose, un partage en particulier.

Changer les points de vue limitants

Souvent on est entouré de gens qui ont un certain point de vue par rapport à l’argent qui résonne avec le nôtre. Donc si on a des points de vue limitants avec l’argent on a tendance à être avec d’autres personnes qui ont le même point de vue limitant avec l’argent parce qu’on n’est pas confortable avec ceux qui n’ont pas le même point de vue limitant parce que c’est un challenge et on ne peut pas.

Donc dès qu’on bouge, dès qu’on change ces points de vue limitants, forcément on n’est plus en résonance avec les gens avec qui on est. Et parfois on peut avoir peur de ça et se dire « mais alors je ne vais plus être dans le même round d’amis qu’avant ».

C’est à étudier, est-ce que si vous avez des amis qui vont vous lâcher parce que vous vous autorisez à aller plus loin et être plus grand, est-ce que vous souhaitez les conserver à tout prix ces amis ou est-ce qu’il y a la possibilité pour quelque chose d’autre ? Est-ce ça l’amitié ? Quelqu’un qui ne veut pas que vous grandissiez ? Donc il y a ça à regarder et c’est vrai moi j’ai perdu plein de gens dès que j’ai commencé à bouger. Et il y a eu des moments où c’était très dur mais j’ai fait un choix. J’ai choisi moi. Et j’ai choisi que je peux avoir des amis qui sont contents pour moi que j’ expande et que c’était ce genre d’amis que j’avais envie d’avoir.

La responsabilité vis-à-vis de l’argent

La deuxième chose c’est ce que vous avez raconté sur la responsabilité vis-à-vis de l’argent. Beaucoup des points de vue qu’on a sur l’argent c’est que l’argent ça ne permet pas, c’est très personnel, ce n’est pas pour faire des choses bien. Mais l’argent c’est une énergie qui peut être utilisée pour augmenter la conscience.

Si vous regardez ce qui se passe sur la planète aujourd’hui, qui a l’argent ? Est-ce que ce sont des gens qui ont la conscience ? Non. Ce sont des gens qui veulent pour eux et qui prennent. Mais l’argent c’est juste une énergie. Ce n’est pas ça l’argent, c’est la façon dont ils le font avec.

Une façon d’avoir de l’argent qui a une conscience. Imaginez que vous vous autorisez à gagner beaucoup d’argent, que vous puissiez acheter des parts de ces sociétés qui font n’importe quoi en ce moment sur la planète et vous commenciez à pouvoir influencer ça.

Si les gens bons refusent de prendre l’argent, de prendre le pouvoir, on peut y arriver hein. On va laisser toujours ceux qui prennent ça pour des mauvaises raisons avoir le pouvoir.

Choisir l’argent, choisir les responsabilités de l’argent c’est aussi choisir le bon de l’argent.

C’est-à-dire moi je choisis d’en recevoir beaucoup pour pouvoir le remettre à des endroits chouettes. C’est ça prendre la responsabilité de l’argent pour dire « je vais être une collaboration active à la planète ».

Moi j’avais un autre truc par rapport à ça par exemple. J’avais décidé que l’argent c’était sale et les gens qui en avaient, ils avaient un problème parce que j’ai entendu plusieurs fois « oui ils ont de l’argent mais ils sont pas aussi heureux que nous ». Donc moi j’avais dans la tête que si on avait de l’argent on n’était pas heureux.

Est-ce que c’est vrai ? Non. Ce sont des gens comme tout le monde : on en a on peut être heureux, on n’en a pas on peut être heureux, encore une fois c’est un point de vue. C’est tout ce que c’est : c’est un point de vue.

Avoir de l’argent ça peut changer votre vie, ça peut changer des tas d’autres vies, vous vous autorisez à toute la puissance que vous êtes, ça fait changer beaucoup de vies.

Pour aussi rebondir sur le partage de madame, si j’ai bien compris ce que vous avez dit, j’ai peut-être pas bien compris mais donc pour vous l’argent ce n’est pas un problème. Est ce que vous pouvez bien le redire ?

J’avais dit que je n’ai pas le même rapport à l’argent que les autres. Je suis restée à l’opposé. C’est-à-dire que l’argent n’est pas la chose à gagner à tout prix, on peut faire quelque chose d’autre qui peut être utile pour moi et pour les autres et qui donne un sens à la vie sans que je sois riche ou que je sois avec plein d’argent.

Merci beaucoup pour ce partage parce qu’évidemment le thème de notre atelier aujourd’hui c’est « Si l’argent n’était pas le problème« , on peut créer plus de consciences sans argent et avec de l’argent.

Même si nous parlons d’argent aujourd’hui, ce qui importe effectivement ce n’est pas l’argent mais qu’est-ce que vous avez envie de créer pour votre vie, qu’est-ce que vous avez envie de créer si vous avez de créer pour le monde et une fois que ça s’est clarifié pour vous, est-ce que dans ce cas là pour ce que vous avez envie de créer pour votre vie et ce que vous avez de créer pour le monde, est-ce que l’argent va être une contribution ou est-ce que vous pouvez créer ce que vous souhaitez pour votre vie et pour le monde sans argent ?

Et simplement sans le diaboliser, sans vous en séparer, simplement en reconnaissant que peut-être en ce moment de votre vie ou le choix que vous avez fait, l’argent n’est pas une contribution à ce moment-là. Peut être qu’il le sera à un autre moment. Juste de regarder, est-ce que je fais le choix de créer sans argent et je suis complètement tranquille avec ça, vraiment profondément, complètement tranquille. Parce qu’on peut complètement aussi oeuvrer pour plus de conscience. C’est-à-dire quand on dit oeuvrer pour plus de conscience, c’est vraiment sortir des attachements et des points de vue limitants et, à chaque étape, se poser simplement la question « est-ce qu’à ce moment-là, dans cette étape de ma vie, dans cette étape de mon projet, de ce que j’ai envie de créer pour moi même, pour le monde », si vous avez envie de créer pour le monde, est-ce que l’argent là, serait une contribution ?

Est-ce qu’aujourd’hui sur la planète terre, tel que le monde est conçu, à dominante occidentale on va dire, l’argent est encore une contribution importante pour quand on veut créer quelque chose mais il y a aussi plein d’endroits où des réflexions nouvelles émergent et comment est-ce qu’on va utiliser l’argent ?

C’est simplement toujours poser les questions et se demander : est-ce que là ça va être une contribution, est-ce que là ça ne va pas être une contribution, est-ce que j’ai un point de vue limitant, est-ce que je sens qu’il y a quelque chose qui est en réaction ? Et dès qu’on est en réaction, je pense qu’une grande partie d’entre vous en sont conscients, dès qu’on est en réaction c’est qu’il y a quelque chose qui est agissant et qui nous limite.

Est-ce que vous avez des questions déjà par rapport à tout ce qu’on vous a dit ? On ne va pas vous submerger d’outils comme ça ?

Ce que j’entends beaucoup c’est aussi un travail mental, c’est-à-dire si j’avais de l’argent, qu’est-ce que je peux en faire etc. Donc on se pose des questions et en même temps moi ce que j’aimerais savoir les effets, les résultats. A un moment donné vous vous êtes posé cette question de l’argent : qu’est-ce que j’aimerai créer que ça soit pour moi et pour le monde ? A un moment donné vous aurez besoin quand même de liquide, de l’argent, de l’énergie, ça devait venir quand même de quelque part. Comment est-ce que concrètement parce qu’on est sur terre, qu’est-ce qui se passe ?

L’argent n’est pas le problème, c’est vous ! Trois exemples concrets

L’argent n’est pas le problème, c’est vous ! Un exemple concret

On est très concret, moi j’ai une société qui fonctionne depuis 25 ans et je travaille avec des grandes entreprises. Ma spécialité c’est la formation de limites des personnes et plus sur se libérer des schémas limitants et des comportements.

Je travaille avec des sociétés comme Coca Cola, Google, etc. je travaille au niveau international. Et plus j’ai travaillé sur les points de vue limitants, plus j’ai eu accès à des projets de plus en plus humains, qui avaient des impacts de plus en plus forts au niveau de la conscience, qui me ramenaient plus d’argent. Donc c’était très concret. J’habite à Londres, j’ai fait un déménagement Paris Londres et je ne m’en sortais pas, je travaillais et travaillais, j’étais toujours en train de travailler. Et un jour je me suis dit « mais combien d’argent il faut gagner ici pour arriver à survivre parce que c’est dingue ».

Je travaillais du matin au soir, du soir au matin, je n’avais même pas une minute pour moi en weekend, je n’arrivais pas.

Donc j’ai posé les choses, j’ai demandé combien il faut gagner ici pour s’en sortir, pour que moi je me sente aaah. J’ai réalisé que je m’étais jamais posée la question et c’est une question qui est intéressant de se poser. J’ai fait mes comptes, j’ai dit je veux faire ça et ça, avoir du temps libre il me faut tant. Et ce tant était super loin de ce que je m’étais autorisé à gagner. Je me suis dit : comment je vais faire ? J’ai aucune idée de comment je peux aller là… c’était trop loin pour moi mais je me suis dit “je ne sais pas comment mais en tout cas il va falloir que je trouve la solution”. J’ai choisi, et ça c’est un autre outil de Access c’est le choix. Le choix de choisir ce qu’on veut créer.

J’ai choisi ce que je voulais créer, j’ai choisi de créer quelque chose qui marche pour moi et qui soit plus confortable où je gagne plus d’argent, que je fasse plus ce que j’aime et que j’ai plus de temps que je ne sois pas en train de courir comme une dingue à chaque fois. Et puis je n’y ai plus pensé et puis à la fin de l’année, notre comptable, j’avais mis la somme exacte qu’il fallait par mois, dans mon business je n’avais pas de régularité. A la fin de l’année, j’ai mon comptable qui m’a dit « vous avez gagné tant et ça équivaut à tant par mois » et c’était exactement le chiffre que j’ai marqué. Je me suis dit « alors là c’est vraiment comme ça, que ça marche ? ». Ça c’est du concret, c’est très concret.

L’argent n’est pas le problème, c’est vous ! Un autre exemple concret

Je vais aussi donner un exemple. Moi je suis thérapeute depuis une douzaine d’années maintenant. Le modèle économique du thérapeute c’est fait de séances individuelles et il est payé pour les séances individuelles. D’un point de vue client ça peut paraître élevé mais quand on enlève les charges, etc., ce qui reste au bout ce n’est pas très élevé.

Donc moi, j’ai très très longtemps été prise par cette angoisse de « je n’ai pas assez et si je continue à ce rythme-là je vais finir pauvre, quand je serai vieille je serai pauvre et je serai vraiment dans la pauvreté parce que la retraite est un peu comme ça ».

Aujourd’hui je ne sais toujours pas ce que je vais créer et ce qui va se passer pour ma retraite, par contre, à force d’utiliser les outils et ça fait longtemps maintenant que je travaille sur la question de l’argent pour moi-même, très récemment en fait, je suis sortie de cette impression du manque mais ça s’est fait de manière un peu subtile vous savez. Je ne sais pas si vous avez déjà entendu parler de cette histoire on me l’avait raconté quand j’ai commencé ma formation de thérapeute il y a longtemps, de la grenouille qui est tombée dans bac de lait et qui essaie de s’en sortir. Un jour le lait se transforme en beurre et c’est quelque chose de plus solide.

Moi c’est un peu ça, j’ai fait ma grenouille dans le bac de lait et là je suis dans du beurre, ça fait un peu moi, je suis dans du gras. C’est juste pour dire que le socle est devenu plus solide et aussi un outil très concret que j’ai commencé à utiliser sérieusement en fait avec les outils de Access mais il n’y a pas que Access qui en parle, je pense aussi que beaucoup de personnes ont dû entendre parler de mettre de se payer d’abord et mettre 10% de côté. ça fait un an que je le fais à la fois pour mon compte professionnel et pour mon compte personnel. Là je suis arrivée à un niveau d’économie, sur mon compte professionnelle, je suis arrivée à un niveau de ce compte 10% où je suis en train de me dire là, Alexandra, l’argent que tu as en trésorerie ce n’est pas mal, tu peux tenir quelques mois et peut être que tu pourras commencer puisqu’il se trouve que justement ça fait deux trois mois que je commence à me dire là, je me sens sur mon beurre, peut être que tu vas pouvoir commencer à te mettre en mode plus tranquille.

En fait c’est la problématique dans laquelle on se trouve quand on est indépendant, je ne suis pas en phase de création d’activité mais tous les créateurs d’entreprise se retrouvent un peu dans cette situation où on a beaucoup de temps mais on n’a pas beaucoup d’argent, l’argent on en a besoin, on a besoin de la trésorerie, etc. Et si on est tout le temps en train de courir après l’argent on n’a pas le temps de se mettre en état de réceptivité pour les idées, donc on n’est toujours un peu sur tous les points.

Tout ça pour dire que cet outil concret que j’ai utilisé moi c’est de mettre 10% de mes revenus sans jamais faillir, c’est-à-dire que je me suis retrouvée quand même un certain mois où j’ai choisi, je m’étais engagée avec moi-même. J’ai dit je le fais. Il y a des mois où je me suis trouvée, je ne m’étais pas payé mais j’ai payé mon compte de 10% et j’ai dit merci. Je me suis engagée et je l’ai tenu.

A chaque fois que je me suis dit « putain, je suis en train d’être au ras des pâquerettes », je ne me suis jamais crashé mais j’ai bien crû que j’y allais à un moment de cette année très honnêtement et mon avion a redécollé. Mais parce qu’aussi intérieurement je me suis engagée envers moi-même et je me suis engagée envers ce compte-là et je l’ai tenu. Mais je peux vous dire des peurs sont bien remontées. J’ai eu quelque waouh, j’ai eu des sueurs, j’ai quand même gardé parce que j’avais confiance et que je sais que ça allait marcher mais j’ai quand même eu la trouille de me planter. Ceci dit j’ai quand même fait le choix de ne pas donner la priorité à ma trouille mais de donner la priorité à l’engagement que je m’étais fait envers moi-même et ça a marché.

Ce n’est pas des choses miraculeuses, c’est un engagement, c’est un choix, une constance et ça marche.

L’argent n’est pas le problème, c’est vous ! Un troisième exemple concret

Je veux rebondir aussi parce que je me suis retrouvée dans une situation similaire, parce qu’en Angleterre, il y a eu un crash économique il y a quelques années. Je ne sais pas si vous avez suivi mais bon c’était assez grave et on s’est retrouvé mon mari et moi et nos deux enfants dans une situation très précaires puisque nous avons perdu tous nos clients qui eux n’avaient plus d’argent donc ne pouvaient plus. On a mangé des pâtes pendant un bon moment. On a eu beaucoup de peurs parce que forcément, ça va chercher des choses très primaires, on a tenu le coup. On a dit « non on ne va pas tomber là dedans, on va rester clair, on va continuer à créer quelle est la vie qu’on veut créer à partir de ça, on va reprendre ça ». Chaque fois, parce qu’il y a beaucoup de choses, la télé vous dit des trucs et vous dit « aie peur, et de plein de façons donc c’est facile de tomber dedans ». C’est très facile. Il faut faire un choix et c’est le choix de vivre comme on a envie de vivre, et on sait qu’on peut vivre. Et de pas en démordre et de dire « non je vais vivre la vie que je suis venu mener ici, je vais la vivre ».

Je ne sais pas comment, je ne sais pas comment on va faire, on est dans une situation où je n’ai aucune idée de comment on va s’en sortir mais je choisis moi et je choisis la vie que je sais être possible et j’en démords pas. Et si la peur vient bonjour mais je n’ai pas envie de donner mon énergie là-dedans, j’ai envie de donner mon énergie à ce que j’ai envie de créer et on reste là-dessus.

Ça demande un travail, ça ne vient pas comme ça. C’est comme aller à la gym, on n’y va pas une fois et puis hop tout est fini, c’est une régularité. C’est avant tout un choix de s’engager vis-à-vis de soi et dire « tu sais quoi je vais te donner la vie que j’ai vraiment envie de mener, je vais te la donner, je suis là pour toi et je vais faire tout ce qu’il faut. Je ne vais pas vaciller quand la peur vient, peut-être que je vacillerai mais je reviendrai parce que je suis là pour moi ».

Je m’engage à ma vie, ça c’est la première chose à faire.

Et après, à partir de là on se dit « bon je vais regarder toutes mes limitations, tous mes points de vue limitants, je vais les défaire un par un, je vais regarder ce que je veux créer et j’avance pas à pas ».

Quand vous avancez, vous avancez. De la même façon, si vous conservez vos points de vue limitants vous avancez dedans de la même façon. Après on prend même plus d’énergie quelque part pour garder tout ça en place que de dire « allez, je me donne la chance de vivre ce que j’ai vraiment envie de vivre ».

Les Access Bars

Je voudrais juste parler rapidement d’un outil qui est l’outil de départ chez Access Consciousness : c’est un processus énergétique corporel, qui s’appelle les Bars.

En fait les Access Bars c’est une série de touchers légers sur la tête et qui permet de faire remonter et de dissoudre la charge des pensées et croyances, limitations sur un certain nombres de thématiques dont l’argent.

Quand on est dans une situation de stress, quand on est pris par la peur et qu’on a appris que la peur on n’est pas obligé de s’identifier avec et qu’elle peut se dissoudre, les Access Bars sont un des outils que personnellement j’ai utilisé, que je reçois puisque je suis, on est toutes les deux facilitatrices avec cette approche-là, et ça permet aussi de retrouver un espace de paix et de tranquillité pour le pas suivant et puis le pas suivant et le pas suivant.

Même quand on a peur, c’est de regarder où on va, j’ai un espace de ressources où on va : j’ai un espace, même s’il est tout petit, de confiance et de choisir que c’est celui-ci que je vais faire grandir. C’est celui-ci qui va m’aider à avancer à travers le brouillard de la peur où je ne vois rien et où je suis prise comme ça.

Evidemment il y a des personnes qui sont dans le total désespoir mais là c’est un autre sujet. Si vous avez toujours en vous un petit endroit de confiance, de ressources appuyez-vous dessus parce que par définition le stress c’est de la contraction, et quand on est dans la contraction, dans la peur, notre visibilité, notre créativité se rétrécit. Quels sont les outils qui vont pouvoir vous aider à retrouver même si c’est temporaire, le temps de faire le pas d’après, de l’espace, de la paix et de la tranquillité, et même si après vous êtes repris par la peur, on repart sur la paix, l’espace et la tranquillité.

Access Consciousness

Access Consciousness est présent dans 273 pays, ça fait 15 ans que ça existe, ça vient des Etats-Unis. L’origine est deux créateurs, il y a un kéropracteur ostéopathe c’est pour ça que le corps est complètement intégré dans la pratique ce qui est très important. Et personnellement, j’ai fait 25 ans de développement personnel, j’ai tout essayé du chamanisme aux arts martiaux à l’énergétique, je l’ai fait, et Access j’adore parce que c’est simple, c’est joyeux, c’est léger et ça vous emmène à toujours plus de légèreté et avoir les outils pour créer ce que vous savez être possible, que votre coeur sait possible. Et s’il y a une chose que j’aimerais que vous sachiez c’est ça, c’est que si votre coeur le sait c’est que c’est possible.

Access Consciousness m’a aidé à me reconnecter parce qu’intellectuellement j’en avais entendu, je le savais, j’ai lu des livres, ça fait 8 années que je suis en parcours personnel, que l’univers dans lequel nous vivons c’est un univers de possibilités, pas un univers d’impossibilités et de limitations.

Ça nous ça nous a aidé ! Si vous avez envie d’expérimenter de découvrir, il y a pleins de possibilités.

Vous voulez en savoir plus sur les Access Bars et le mantra d’Access Consciouness ?

Envie d’enchanter votre cerveau, votre corps, votre être et votre vie ? Vous pouvez recevoir les bars d’Access en séance individuelle ou venir l’apprendre sur une journée de formation en participant à mes classes d’Access Bars à PARIS 11.